Transports urbains

Le secteur des transports publics urbain porte également une forte dimension environnementale dans la mesure où il offre un mode de déplacement substitutif de l’automobile individuelle et permet une réduction des émissions de gaz à effet de serre.

  • Ce service est qualifié de SPIC en raison de la commercialisation de titre de transports aux usagers. Il est néanmoins très fortement financé par des ressources fiscales, en premier lieu par le Versement Transport mais également, de façon importante, par des contributions des Autorités Organisatrices de Transports Urbains (AOTU), donc pas la fiscalité additionnelle locale.
  • Les principaux enjeux financiers des réseaux de transports urbains sont le niveau du Versement Transport, la propriété des véhicules, la répartition des risques commerciaux et d’exploitation entre l’AOTU et l’exploitant éventuel, la grille tarifaire, la création de transports en site propre permettant une forte fidélisation de la clientèle, l’intéressement de l’exploitant privé à la qualité de l’accueil des usagers, à la ponctualité et à la sécurité routière, la perspective de hausses brutales des prix des carburants et les modalités d’adaptation du réseau.